Le Dao de Philippe Sollers – La Promotion du Moi à L’Infini

par Damien Taelman©, juin 2017

 

 

« La fonction d’un écrivain est d’appeler un chat un chat » (Sartre) ou… un fat un fat !
Il y a quelque temps, dans un éloge de 41 pages farci d’inepties, d’interprétations farfelues et de courbettes (奴顏婢膝, « visage [complaisant] d’esclave et genoux [pliés] de servante »), un mystérieux folliculaire à gages nommé Yuning Liu se pavanait et publicisait à gogo son éblouis- sant monarque. Cette feuille de chou chinois intitulée La Chine chez Sollers (Cf. L’Infini n°138, Hiver 2017) m’a convaincu de décor(cri)tiquer l’autolâtrie et l’héliocentrisme de cet écrivain donnant bourdonnant (Cf. Le Dao de Philippe Sollers : Profession de Moi, Tapages et Dérapages). Or voici que le n°139 (Printemps 2017) vient confirmer que La connerie se porte bien et que le titre de mon article était on ne peut mieux choisi — près de la moitié de la revue, dont 7 pages extraites de son roman Beauté, est une fois de plus vouée aux pompes et aux œuvres du cador gallimardesque.

On retrouve dans ce dernier numéro une bonne vieille méthode éprouvée : l’interview. L’on en compte ici quatre, comme les mousquetaires des Saintes Écritures, toutes spontanées il va sans dire, les faire-valoir à la solde de Sollers jouissant des lumières du Saint-Esprit ! La toujours babillante ex-papesse du Monde des Livres, Josyane Savigneau, est bien sûre fidèle au rendez-vous, tête basse et oreilles collées (俯首帖耳) — Vers la Beauté (pp. 10-13) est la resucée d’un entretien paru en mars 2017 sur son site L’Orient littéraire où il était alors coiffé du titre Philippe Sollers, ce qu’il est et ce qu’il aime, P.-S. sa dive personne. Cet entretien aurait eu lieu à Beyrouth, dans un salon de thé d’un chic suranné, autour d’une pipe… ou d’un narguilé ?

Un autre séide assidu, Vincent Roy, ne manque pas à l’appel ; sa Beauté Politique (pp. 14-19) est aussi un texte recyclé, tiré de la revue Transfuge de mars 2017. Dans mon article À France moisie écrivains rancis, j’ai signalé que, dans son roman Complots (pp.147-150), Sollers a copié/collé (il en connaît un rayon !) L’aurore, une causette avec Roy déjà parue en 2012 dans Transfuge… où celui-ci embellit l’équipe de rédaction ; je note que ce valet de cœur a en outre diligenté en marchant à quatre pattes (匍匐) devant son Seigneur une entrevue commerciale baptisée Ducasse et Manet (in L’Infini n°116, 2011, pp. 11-16). Ce dévoué collaborateur du Monde des Livres ayant de plus jadis mis la main à la divine transcription de L’Évangile de Nietzsche (un livre d’entretiens obséquieux avec S. en chair et en lettres, Éd. Le Cherche Midi, 2006), le hasard dans toute sa mansuétude lui a réservé une niche dans l’Élysée sollérien.

Le troisième panégyrique (pp. 20-33) provient du magazine Ligne de Risque et est à juste titre nommé Le Royaume… du roi Sollers. Le quatrième entretien (pp. 34-42), en forme de Réponses à des questions de Vincent Jaury recueillies (sic !) par Marc Pautrel (qui a publié plusieurs livres dans la collection L’Infini chez Gallimard dirigée par Sollers) nous est vendu sous le manteau de Sollers en Mouvement. Se faire caresser dans le sens du poil par quatre fiers-à-plume pratiquant sans vergogne l’asinus asinum fricat — je te gratte le dos, tu me grattes le dos et on se frotte le museau — a dû faire ronronner bien fort ce vieux chat débotté !

L’homme de bien exige de lui-même, l’homme mesquin exige des autres. 君子求諸己小人求諸人 (Confucius, 551-479)

Ce numéro nous présente aussi Le retable d’Issenheim (pp. 43-54) ; il s’agit d’un extrait de Tiens ferme ta couronne de Yannick Haenel, un roman dont la date de parution « pro- visionnelle » est fixée au 17 août 2017 chez Gallimard. Cet auteur est l’un des fondateurs et animateurs-clés, avec François Meyronnis, de la revue Ligne de Risque, publiée dans la collection L’Infini dont le gérant est… l’idole de ces insectes qui font écho (應聲蟲, espèce connue dans la langue de Molière sous le nom de béni-oui-oui). Seul un stupéfiant alignement des planètes Sollers l’a donc poussé, dans le JDD du 19 août 2007, à pondre la niaiserie suivante : « La rumeur vous a sûrement avertis : vous devez lire impérativement Cercle de Yannick Haenel, qui surplombe, de loin, tous les romans de la rentrée, et, dans la foulée, De l’extermination considérée comme un des beaux-arts, de François Meyronnis, étourdissant démontage du nihilisme de notre temps ».

Bref, le système Sollers, comme l’illustre brillamment la dernière mouture de L’Infini — révéré sois-tu, ô tout-puissant Gallimard — est un ascenseur en mouvement perpétuel, réservé au copinage éditorial et au commerce de la brosse à reluire.

« L’idiot s’écoute, on le caresse, il se ravit et salive un rapport exclusif de soi à soi. […] L’idiot s’adore, et s’il aime son prochain ce sera véritablement comme lui-même, et dans lui-même sans supporter qu’on aime hors de lui. […] L’idiot s’emmaillotte dans l’échange des garanties, il se taille un monde à sa taille, il en est à la fois le peseur, le poids et la balance. » (André Glucksmann, La bêtise, Éd. Grasset & Fasquelle, 1985, pp. 197 et 199)

Tout comme dans ces quatre entretiens patentés, pieusement assaisonnés, mal raisonnés et fleurant le parfum bon marché, la plupart des autres articles encensent à tour de bras leur bienfaisant protecteur. La palme de la flagornerie revient à Nadine Cannelle — dans Politique du réel (pp. 72-78), un pensum qui schlingue le suçage de furoncles et le léchage d’hémor- roïdes (吮癰舐痔… ah le pouvoir de l’image !), Sollers est publicité sept fois en autant de (ta)pages ! Et, question d’inspirer le lecteur le plus constipé, cette piquante soubrette cite en sus trois auteurs qui la main sur le cœur (心) psalmodient (誦)du Sollers. Il saute aux yeux que les diverses sécrétions trimestrielles des délectables jujubes (好吃的棗兒, naïfs) de L’Infini n’ont d’autre fin que d’huiler tous les circuits de ce prospectus égocentrique et de lubrifier les rouages de l’entre-soi méthodiquement entretenus par son Narcisse en chef.

Pour conclure, rappelons que 知此之道不可求於人斯得諸己也 : Pour connaître ce Dao il ne faut pas le quémander aux autres mais le trouver en soi. (Huainan zi, 淮南子, œuvre éponyme du prince de Huainan, de son vrai nom Liu An, 劉安, 179-122)

Damien Taelman©, juin 2017

Publicités