12 réflexions sur “1941-2021

    1. La vie est belle à mesure qu’elle est cruelle. Roland en a eu assez de devoir « courir dans la neige pour sentir le souffle du printemps dans une nuit d’hiver interminable de plus en plus sombre ». Il a fini par rejoindre le tunnel de lumière du printemps éternel auquel il aspirait depuis toujours, lâchant les vivants au milieu desquels il se sentait si rarement compris, notamment les dernières années où quelques personnalités de « gôche » (référence à adopter au risque d’une excommunication du genre humain) allaient jusqu’à déceler chez lui, soi disant une perte d’humour, parallèle à son virage droitier; en réalité une fois de plus c’étaient eux qui avaient perdu le leur, comme à chaque fois qu’on s’éloigne de leur grille de pensée sclérosée.

      J'aime

  1. Je n’avais jamais écrit ici, mais les circonstances sont désormais particulières.
    J’ai sans doute tout lu de Roland Jaccard, aphorismes et journaux. Parfois l’impression qu’il cédait aux facilités de l’écrivain un peu trop doué et dilettante. Souvent la sensation qu’il célébrait la vie, malgré lui, dans les interstices d’un pessimisme résonnant comme une politesse. Peut-être encore plus aujourd’hui.
    Je suis triste

    J'aime

  2. Alors que Roland Jaccard a enfin gagné son ticket d’entrée au paradis où il va pouvoir continuer à se la couler douce (aussi bien que dans la salle d’attente qu’il tardait à quitter), les
    hommages niaiseux d’écrivains pleuvent (sauf F. Schiffter et O. Mathieu entre autres); s’y ajoutent ceux de certains de ses lecteurs qui visiblement ne partageait pas son ressenti de l’existence, restant à la surface de ses mots.
    Roland Jaccard par son passage à l’acte annoncé depuis des lustres à longueur de pages étonnent encore certains !!
    La fin tragique de Cioran avait laissé un goût très amer.
    Roland Jaccard redresse héroïquement la barre en nous montrant que l’idée de suicide, des plus consolantes, toute littéraire qu’elle soit pour certains, toujours les mêmes, peut devenir concrète, contrairement à ce que se plaisaient à penser les ricaneurs qui sont remis à leur place pour l’éternité.
    Les larmichettes de tristesse d’intellos valent si peu en comparaison de celles des nymphettes, les seules qu’auraient véritablement apprécié Roland (revisitez ses écrits, c’est noté dedans).

    Aimé par 2 personnes

  3. Et les ressentimenteux sont de sortie. Roland Jaccard a déjà ses épigones qui se pensent dépositaires de la parole du maître défunt.
    L’intello était simplement sincère dans sa tristesse vis à vis d’un homme qu’il n’idolâtre certes pas mais qui a marqué sa vie de lecteur, et même sa vie tout court.
    Et le souvenir de Jaccard gagnerait à s’alléger des mauvais imitateurs. Disserter sans talent sur le suicide et les nymphettes confine au ridicule alors même que l’on se voulait le nouveau nihiliste à la mode.

    J'aime

    1. Hé Casanova, comme Poutine répondant « C’est celui qui le dit qui l’est » à Biden l’accusant d’être un tueur, c’est vous le « ressentimenteux » (pas dans le dico et emprunté à un autre) qui dézinguez les « épigones » et surtout un auteur sans le nommer qui selon vous « se voulait le nouveau nihiliste à la mode », et qui semble être un ami apprécié de Roland Jaccard qui a contribué à le faire connaître. Sinon soyez clair, nommez le.

      Aimé par 1 personne

    1. Je passe par hasard sur le blog de Roland et je vois qu’Alfred, l’une des personnes qui a publié un commentaire, m’a cité. Ensuite, un certain « Giacomo » parle (en réponse au commentaire qui me nomme…) d’un « philosophe » (ce n’est sans doute pas moi qui m’affuble d’un tel titre) et d’un « mauvais imitateur » qui « disserte sans talent sur les nymphettes ». Là, je me demande si ce n’est pas moi qui suis visé. Je me permets donc, en espérant que mon commentaire soit publié comme les autres, de dire que Giacomo, comme tout un chacun, est libre de ses opinions. Et que je n’attends certes pas un commentateur anonyme pour juger de mon talent. Je veux surtout dire que je ne prétends en rien être un « épigone » de Roland. J’ai souvent parlé de lui, il a souvent parlé de moi. Nous avons cosigné un livre ensemble (« Ma petite bande de jeunes filles en fleurs »). Je ne suis pas un « successeur » (c’est le sens du mot « épigone ») de Roland. J’étais juste un ami. Et j’en ai perdu un. Voilà tout. O.M.

      J'aime

  4. J’ai envoyé un de mes premiers manuscrits à Rolland Jaccard. Très gentiment, j’ai reçu de sa part une petite carte postale avec une japonaise dessus. C’était l’époque de son Sugar Babies. J’ai apprécié son humour, sa délicatesse et sa gentillesse. Je me suis dit : enfin un homme de lettres qui n’en est pas un.
    Rolland jaccard était un esprit littéraire dans un monde philistin. Le choc ne pouvait être que définitif. Il aura signé sa mort comme un acte artistique. 80 balais comme son père. Fermé le ban.

    J'aime

    1. En 2008, j’ai reçu la même carte représentant le dessin d’une nymphette japonaise. Roland avait tellement d’humour qu’il prétendait regretter que mon journal d’ancien combattant des années 90 (*), qu’il avait eu un vif plaisir à lire -il était gentil ou il se foutait de moi, je n’ai jamais vraiment su- ne puisse être édité chez PUF à cause de sa forte valeur érotique ajoutée, ce dont je n’avais même pas conscience. C’est à partir de là que j’ai compris que j’étais fait pour lire Matzneff, devenu depuis une icône Nationale qui fera rayonner la France au siècle prochain, quand on redécouvrira ses écrits, une fois que les petits enfants de Vanessa auront rejoint Roland, ce que pour ma part je tenterai de faire au plus vite, quelque soit le résultat des prochaines élections pour les lui annoncer, en espérant ne pas reporter jusqu’aux suivantes.
      (*) l’époque d’avant les réseaux sociaux où les filles jouaient les fraîches et naïves sans se douter qu’elles l’étaient encore.

      Aimé par 1 personne

  5. ORAISON FUNEBRE POUR ROLAND JACCARD LE 08.10.21 PAR SON COUSIN RIC DANS LA SALLE MAUMEJEAN/PERE LACHAISE

    Bonjour. Je m’appelle Ric & je suis le cousin viennois de Roland.
    Avant tout, je voudrais remercier Marie & tous les autres qui ont participé dans l’organisation de cette belle cérémonie. Je sais que ce n’était pas facile de s’occuper de tous les détails & j’apprécie beaucoup les efforts nécessaires. Merci. & merci aux amis de Roland assemblés ici. (PAUSE)
    J’ai dit que j’étais le cousin de Roland, mais a vrai dire cela n’avait pas grande importance pour lui. Les liens familiaux ne comptaient pas beaucoup pour Roland qui préférait les affinités électives. En effet il aimait citer Woody Allen, qui disait: « Je préféré l’incinération a l’enterrement – & tous les 2 a un week-end avec ma famille ».
    Bien que j’étais, en théorie, d’accord avec lui, en pratique la chose se présentait de façon différente pour moi. J’étais ravi, dans ma jeunesse, de découvrir que j’avais un cousin qui était écrivain &, malgré son héritage austro-helvétique, un « vrai intellectuel parisien ». (Eh oui, a l’ époque cela comptait encore pour quelque chose & il ne faut pas oublier que j’étais jeune & impressionnable). Un écrivain, en plus, qui avait publié des livres aux titres irrésistibles pour le jeune homme qui j’étais & qui se sentait obligé d’être malheureux, comme il se doit a cet age. « Les Chemins de la Désillusion ». « L’Exil Intérieur ». « La Tentation Nihiliste ». Si j’avais eu déjà avant le désir d’apprendre le français pour lire certains poètes en version originale, c’était surtout a cause de ces titres séducteurs que je commençais a prendre mes études françaises au sérieux & que j’entrais en correspondance avec Roland qui – n’étant pas totalement dépourvu de vanité – appréciait mes efforts, surtout comme, plus tard, je traduisais certains de ses textes & les faisais publier dans les journaux de Vienne, une ville qu’il aimait & dont il se voyait un peu l’héritier & gardien de sa culture littéraire du fin de siècle. (A cet égard, il allait parfois un peu trop loin: comme une bonne partie de ces écrivains admirés étaient d’origine juive, il me surprenait autant que le reste de notre famille irrécupérablement catholique quand, il y a quelques années, il y se réclamait soudainement d’un héritage juif lui même, bien qu’il n’avait vérifiablement pas un seul ancêtre juif depuis au moins le 18ieme siècle. Mais on comprenait son affection pour Zweig, Weininger, Schnitzler & compagnie & acceptait donc ses affinités apocryphes & son esprit d’invention avec un sourire indulgent).
    C’est donc envers & par la langue & la littérature que nous sommes devenus quelque chose de plus que des cousins – des amis. Notre conversation n’a jamais cessé pendant presque 40 ans. On s’écrivait, on se téléphonait, on se voyait quand il y avait l’occasion – a Paris, a Lausanne, a Vienne. Tout cela avait peu a voir avec notre famille toute a fait honorable mais plutôt conventionnelle, bien que j’adorais sa mère, ma tante préférée, dont les visites annuelles & estivales comptent parmi mes souvenirs précieux. Mais je n’oubliais jamais que Roland ne s’intéressait pas a moi en tant que cousin. C’était plutôt parce que j’aimais les livres de Cioran, parce que « Mars » de Fritz Zorn était la bible de ma jeunesse & parce que je considérais Schopenhauer comme Onkel Arthur, qu’il m’estimait, la preuve étant que j’étais le seul dans la famille qu’il considérait digne de son attention & amitié. Il appréciait aussi le fait que je n’avais pas d’enfants & que je lisais chaque livre qu’il m’envoyait. Les siens, bien sur, de son début « Pièces Détachées » jusqu’au dernier, mais aussi ceux de ses amis, dont certains sont peut-être aujourd’hui parmi nous. Je dois donc a Roland aussi la découverte de plusieurs écrivains intéressants a l’époque inconnus a Vienne.
    Mais c’est loin d’être la chose la plus importante que je lui dois. Non seulement que je pouvais toujours compter sur ses conseils & il qu’il me servait comme source d’inspiration pendant des décades. Roland devenait aussi un espèce de modèle pour moi. J’admirais son intelligence, son éloquence, son élégance, son esprit, son nihilisme ironique, son sens de l’humour, sa nonchalance & sa maîtrise de la langue française. J’essayais donc même de l’émuler un peu – de façon modeste, bien sur, & en savant toujours que c’était une aspiration futile. Futile, parce qu’il avait quelque chose de vraiment rare aujourd’hui & peut-être toujours: de la classe. Je le regardais un peu comme le Cary Grant de la littérature parisienne. Il le savait & – n’étant pas entièrement insensible aux compliments – appréciait mon attitude.
    Quand j’ai appris que Roland avait enfin réalise sa vielle ambition de s’en aller a sa façon & selon ses propres conditions – une chose dont il avait parle si souvent & depuis si longtemps que c’était devenu un espèce de « running gag » entre nous – j’étais, a vrai dire, presque un peu soulagé. Il m’avait souvent laissé comprendre qu’il était hanté par le fait que Cioran, son maître, & Matzneff, son ami, avaient raté l’opportunité de s’en aller a temps. Je n’étais pas trop surpris no plus. J’avais très clairement observé que, pendant les derniers années, il avait perdu le goût de la vie, surtout comme elle se présente si souvent aujourd’hui – sans style, sans humour, sans classe. & l’avenir qu’il prévoyait, pour lui-même, pour la culture française, pour l’humanité en général, n’avait aucun attrait pour lui, ce que je trouvais fort compréhensible.
    Notre dernière conversation, il y a quelques semaines, était téléphonie-que, hélas, mais atypiquement longue. On parlait de son livre « Le Monde d’Avant », titre qui évoquait son cher Stefan Zweig, qui m’avait beaucoup touché par la vulnérabilité inattendue que Roland avait laissé entrevoir dans quelques pages. Il répondait a plusieurs de mes questions sur des détails, puis on parlait de son père, que j’ai a peine connu, sa mère que j’adorais, de la littérature, des vieux films, de la dégénérescence de la culture & de la mort – bref, de nos sujets traditionnelles.
    Il mentionnait aussi, non pour la première fois, qu’il s’était procuré certains médicaments plus faciles a obtenir en Suisse qu’en France. Je demandais si c’était pour cela qu’il était retourné a Lausanne & il répondait que c’était, en effet, une des raisons. Loin d’être alarmé, j’étais plutôt soulagé de savoir qu’il avait dans ses mains les moyens de décider lui-même de son destin si & quand il le voulait.
    Je crois ici, parmi ses amis, il n’est pas nécessaire de faire une apologie du suicide. Je suppose que pour la plupart d’entre nous c’est un des droits de l’homme & que nous respectons la décision de se servir de ce droit bien plus sage que certains autres… Roland a mené sa vie plus ou moins comme il le voulait – c’est rare, c’est précieux, c’est admirable. Il serait absurde de lui reprocher qu’il l’a fini de la même façon.
    & pourtant je suis triste & je le resterai. Je lui dois beaucoup – les leçons que j’ai appris par ses livres & par sa vie, les auteurs & les textes que j’ai découvert grâce a lui, même un certain mode de vie. (PAUSE)
    Une fois, il m’a présenté a Cioran. Une autre fois, il m’a présenté a une femme que j’aillais aimer & qui allait m’aimer. Elle aussi s’est suicidé, mais non avant m’avoir donné une filleule que j’aime. Je dois donc même un peu de l’amour dans ma vie a Roland, ce qu’il aurait sans doute trouvé ironique, lui qui – somme toute – préférait les amours a l’amour. Sans lui ma vie aurait été infiniment moins riche. Je ne l’oublierai jamais & je lui resterai toujours reconnaissant.
    Parmi toutes les phrases mémorables de Roland, il y a une qui m’est spécialement chère. Je ne sais pas si elle est de lui ou si c’est une citation. Peu importe. « On doit laisser des traces, mais pas de preuves ». Envers & par ses livres & sa vie Roland a laissé beaucoup de traces dans la vie de beaucoup de monde. Chacun d’entre nous présent ici & maintenant en est la preuve – une preuve que Roland ne voulait peut-être pas laisser mais qui est la & qui lui survivra. Comme il se doit pour un écrivain & ami. Merci.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s