LE BILLET DU VAURIEN:UN PROVERBE TIBÉTAIN

Quand j’assiste à cette lutte stérile contre une pandémie qui sera inévitablement suivie par d’autres catastrophes sanitaires, je songe à ce proverbe tibétain : « Il est inutile de chercher à faire reculer le glacier. »

D’ailleurs personne ne peut prévoir ni où, ni quand les abîmes avaleront les hommes, ni où et quand ils les recracheront.

Quand on a compris cela, on est en phase avec Paul Léautaud qui notait dans son journal ( je cite de mémoire ) qu’un homme ou une femme qui vieillit seul dans un troisième étage, ça a quand même plus d’allure et de gueule qu’un vieillard entouré de ses petits enfants.



Pour moi qui végète seul au cinquième étage sans ascenseur, il ne me reste plus qu’à cultiver ma mélancolie, sentiment admirable et que je conseille à chacun. Avec précaution cependant : la seule jeune fille qui ait passé quelques nuits avec moi pendant le confinement sans aucune précaution est maintenant à l’hôpital psychiatrique.

Il convient de déguster le malheur d’être né, mais sans en abuser. Il est vrai que l’extrême jeunesse vous pousse à l’excès et qu’on en apprend plus sur l’existence à l’asile de fous ou en prison que sur les bancs de Sciences Po. Tout semble inessentiel et ornemental à côté, y compris ce que vous venez de lire. Conclusion de Camus : « Une seule chose est plus tragique que la souffrance et c’est la vie d’un homme heureux. »

Une réflexion sur “LE BILLET DU VAURIEN:UN PROVERBE TIBÉTAIN

  1. Paul Léautaud abandonné par sa mère à la naissance, délaissé par son père se félicitait d’avoir eu de tels géniteurs à l’origine de son caractère et esprit d’indépendance hors norme. Peu porté sur la famille il ne faisait que substituer une dépendance à une autre en cohabitant toute sa vie avec une quarantaine de chiens et chats ainsi qu’une guenon ce qui lui fit dire « on a les guenons qu’on peut » en 1950 âgé de 78 ans lors de ses entretiens radiophoniques qui le rendirent célèbre par son franc-parler. Comme Landru dans sa cellule il reçut des lettres d’admiratrices. Trop tard, la guenon caractérielle et jalouse de sa voisine était déjà en place.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s