MATZNEFF : LE DROIT AU DÉSHONNEUR

En ouvrant au hasard mon livre : Journal d’un homme perdu (paru en 1995 aux éditions Zulma et aujourd’hui épuisé), je tombe sur ce passage datant du 13 octobre 1985 où j’évoque un déjeuner avec Gabriel Matzneff. Je parle également beaucoup dans ce journal de Linda Lê avec laquelle je partageais ma vie, ainsi que de Cioran pour lequel j’éprouvais – et j’éprouve encore – une admiration sans borne. Durant ces années, je travaillais au Monde avec le plus élégant et raffiné des écrivains : mon ami François Bott.

Mais revenons à Matzneff que je considérais comme un frère. Au cours de notre déjeuner, il me dit que ce qu’il a retenu avant tout de Dostoïevski, c’est le droit au déshonneur. Il m’a fait une dédicace charmante pour Un galop d’enfer, son dernier livre que nous avions évoqué à la Radio Suisse Romande et il m’a fait observer que pour mes dédicaces je ne me foulais pas. Ce qui est vrai. Mon je-m’en-foutisme prend parfois des dimensions cosmiques et je sens bien qu’il irrite mes amis.

Autre sujet de conversation : quand nos « ex » vont-elles nous prendre pour cibles dans leurs livres ? Nous avons aujourd’hui la réponse : Linda Lê ne m’a pas raté dans Solo (elle était la plus redoutable et la plus douée selon Gabriel) et Vanessa Springora n’a pas démérité non plus. Elles pourraient au moins reconnaître qu’elles ont eu d’excellents coachs, mais ce serait sans doute trop attendre d’elles.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s