Se simplifier la vie…

Dans un joli petit livre, Les sautes d’humour du Docteur Freud (recueil d’anecdotes choisies par Octave Mannoni), j’apprends que Freud avait en horreur tout ce qui compliquait l’existence, la sienne comme celle des autres. Ainsi, il ne voulut jamais posséder plus de trois complets, trois paires de chaussures et trois sous- vêtements.

On me demande parfois ce qu’on gagne à faire une analyse. Je répondrai dorénavant : la simplicité. Quant à l’humour qui, selon  Freud, était avec la capacité d’aimer un signe de santé mentale, il en était richement doté, cultivant l’humour noir qui était de rigueur à Vienne. Ainsi, lorsqu’il présenta à Karl Abraham ses essais de métapsychologie pendant la Première Guerre mondiale, il l’avertit d’emblée : « Ce n’est qu’une horreur de la guerre parmi tant d’autres. » Et il écrivit à Lou Salomé qui abusait de la psychanalyse : « Vous pratiquez jusqu’à dix heures d’analyse par jour : je considère qu’il s’agit d’une tentative de suicide mal dissimulée. »

131024_rk1k3_par4_sfreud_sn635

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s