Aspects méconnus de Jacques Lacan, 4/7…

Je me promenais alors lentement à travers les allées et je parlais souvent avec son jardinier, qui commençait à bien me connaître.

Un dimanche de printemps, par une chaude journée, j’arrivais comme d’habitude à la grille mais la femme de ménage me dit que le Docteur était dans le jardin. Je m’approchais, j’aperçus alors Lacan nu, vêtu seulement d’un petit slip blanc et assis sur un pliant, la chaise longue était à côté de lui. Il me dit de m’installer. Lacan nu était encore plus beau qu’habillé, il avait de larges épaules, de beaux pectoraux, un ventre plat et de longues jambes musclées. Lacan profitait pleinement du soleil, si rare en Normandie. Lorsque je partais de Guitrancourt, je croisais toujours vers 12 heures 30 un médecin belge qui venait spécialement de son pays pour son analyse.

Ktz2koFK-1cXOepk5omh7GFGJZk

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s