ÉRIC ZEMMOUR ET DANIEL COHN-BENDIT : UNE CONFRONTATION ÉTERNELLE !

Disons-le : nos deux polémistes préférés ont assuré le spectacle pendant trois heures avec brio sur LCI. Sur un thème plutôt ingrat : l’Union Européenne dont chacun sait qu’elle est comme un train bloqué dans tunnel, incapable d’avancer ou de reculer, alors que les empires américains, chinois et russes filent à l’allure d’un TGV.

Le plus fascinant dans ce débat était d’observer  combien  deux options philosophiques s’opposaient. Celle de Zemmour incarnait le mot célèbre de Hobbes :  »  L’homme est un loup pour l’homme  » ( surtout s’il est musulman, ajouterait Éric ) , cependant que Daniel Cohn-Bendit dans un élan utopique soutenait, après Terence, qu’il est un homme et que rien de ce qui est humain ne doit nous être étranger. D’où cet échange assez violent entre Daniel Cohn-Bendit pour qui les valeurs ou, si l’on préfère, les droits de l’homme , sont universalistes, alors que pour Éric Zemmour elles sont tout au plus un produit français destiné à l’exportation comme le brie ou le champagne, chaque nation défendant son territoire et son mode de vie avec férocité.

Sipress-HowtoStaySaneasaCartoonistinTrumpland_01
Pour avoir pas mal bourlingué, force m’est de donner raison à Éric Zemmour : il faut vraiment être français pour imaginer que chaque civilisation ou religion ne considère pas ses valeurs comme étant supérieures à celles du monde entier. Il en va de même d’ailleurs pour la gastronomie. Il n’y pas d’homme universel, même si on peut le regretter: il y a des Anglais, des Chinois, des Camerounais ( j’arrête la liste) qui ont leur code d’honneur et c’est rarement le même. On peut toujours rêver comme cette étudiante en médecine sur le plateau, fort jolie de surcroit, à une identité européenne qui se construira au fil des générations grâce au programme Erasmus, mais Éric Zemmour n’a pas eu tort de se moquer de sa naïveté et de tenter de lui faire comprendre qu’elle n’était, grâce à Erasmus, qu’un brave petit soldat décervelé au service de l’Empire du Bien.

Le débat a tourné à la confusion quand il s’est agi du judaïsme, qui est lui aussi, un mélange de provincialisme et d’universalisme. Daniel Conhn-Bendit a eu l’honnêteté et l’intelligence de rappeler combien ses positions étaient liées à son ADN familial. En revanche, il s’est montré d’une mauvaise foi hallucinante en comparant les viols de masse à Cologne commis par les migrants – les envahisseurs, dirait Zemmour – à la drague un peu lourde des Italiens. Mais celle qui s’est montrée d’un courage exemplaire, c’est cette juriste parisienne interrogée durant l’émission par Pujadas qui, pour avoir vécu dans l’immeuble du Bataclan et ensuite à Calais, n’a pas craint de dénoncer les ravages que commet l’Islam en France. Cohn-Bendit a voulu tempérer ses propos en parlant d’Islamo-fascisme sous le regard goguenard de Zemmour. Trop tard. Le mal était fait.

Publicités

PARADOXES D’UN NIHILISTE…

J’ai perdu mon portefeuille dans un grand magasin parisien. Rien de pire ne peut arriver à un Suisse. Nihiliste, de surcroît.

                                     XxxxxxxxxxxX

– Il paraît, m’a-t-elle dit, que tu as passé un mois sur les sites de rencontre  » coquins « ….

– Oui, des amis m’y avaient incité. Pour me mettre à la page.

– Et pour quels résultats ?

– Plus que déprimants ! J’y ai rencontré pour l’essentiel des cougars en chaleur, des rapaces à l’affût de leur proie et des cœurs brisés….. Oui, elles sont orphelines, oui leur ex les battait et les trompait, oui, elles sont à la recherche d’un homme attentif, fidèle, généreux qui les traiterait comme des princesses. Et je passe sur les stéréotypes aussi nuls que leur maîtrise du français. Collantes, de surcroît.

 

 

 

46b27e5fd10a4601af8b838d105366b6

 

                                      XxxxxxxxxxxxX

Une bonne question – quel écrivain oserait la poser aujourd’hui ? – d’ Henri de Montherlant :  » Peut-on s’intéresser à l’âme d’une femme dont les jambes sont trop courtes, irrémédiablement ? « 

                              XxxxxxxxxxxxxxxxxxX

Qui sait ( moi je l’ignorais en tout cas ) qu’un des premiers écrivains à s’être intéressé à Henri-Frédéric Amiel ne fut autre que le Viennois Hugo von Hofmannsthal dans une étude qu’il intitula :  » Le Journal intime d’un malade de la volonté. » ? Il parle à son sujet du penchant suisse pour les calculs et les formules, d’une virtuosité à établir des distinctions les plus fines possibles et à produire des aphorismes. 

                                   XxxxxxxxxxxxxxxxxxX

Quand Luc Weibel demanda à Diane, dix-huit ans, ce qu’elle lisait et appréciait, elle répondit aussitôt :  » Proust, Céline, Laclos !  » On pouvait s’y attendre, mais nous fûmes plus surpris lorsqu’elle ajouta :  » Au-dessus du Volcan  » de Malcolm Lowry. J’ai l’impression que toutes les jeunes Françaises d’un certain milieu et acquises au libertinage ont été biberonnées aux  » Liaisons dangereuses « . Ce n’est pas le cas des apprenties-coiffeuses et des charcutières qui chassent sur le Net.

                                            Xxxxxxxxxx X

Si j’avais une morale ( et j’en ai sans doute une malgré moi ) , elle se résumerait à ces trois mots :  » Tat twam asi « . Traduit du sanscrit, cela donne : Toi aussi, tu es cela. C’est mon mantra depuis qu’adolescent je me suis intéressé au bouddhisme. 

                    XxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxX

Goethe disait approximativement que le plus grand génie ne produira pas grand’chose de bon s’il s’entête à ne puiser que dans ses propres ressources.

Nous volons tous – et moi le premier qui ai fait les poches à Cioran  – mais en fin de compte nous serons jugés sur ceci : qui avons-nous volé et qu’en avons-nous fait ? J’espère ne pas avoir démérité.

                                XxxxxxxxxxxxxX

Le suicide est de l’ordre du paradoxe : on prend possession de soi-même en même temps qu’on s’en dépossède. Le paradoxe m’enchante. La perte de mon  » cher petit Moi  » m’attriste.

                    XxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxX

Je me le suis souvent répété : quand on ne vit plus que pour prouver que l’on a vécu, il est temps de retirer l’échelle. J’hésite à le faire par une lâcheté que je juge assez immonde et qui est néanmoins le seul bien qui me reste …. à part mon portefeuille enfin retrouvé au Bon Marché.

               XxxxxxxxxxxxxxxxxX

J’ai souvent l’impression d’être un Kibbitzer, celui qui dans la tradition yiddish , tient des propos saugrenus et fait des plaisanteries de mauvais goût afin d’énerver tout le monde. Et j’ y parviens.

                            XxxxxxxxxxxxxxxxX  

 

9339cdb1ab3a4036f5aa0adf550ac752

 

 

DOMINIQUE NOGUEZ, L’AMI PERDU…

Après la mort de Clément Rosset, celle de Dominique Noguez. Lui aussi venait chez Yushi, ma cantine japonaise. Et nous avions travaillé ensemble pour un autre ami , Frédéric Pajak . Nous nous retrouvions avec une joyeuse équipe (Frédéric Pagés, Denis Grozdanovitch, Arnaud Le Guern, Frédéric Schiffter) au premier étage d’un restaurant chinois pour préparer les numéros de L’Imbécile. Pajak était un tyran dont nous nous accommodions fort bien. Et Noguez pratiquait un humour décalé et macabre  qui me ravissait. J’avais il y a bien longtemps publié un de ses meilleurs livres : Ouverture des veines et autres distractions, qui, passé inaperçu en France, avait connu un beau succès en Russie.
31Q2WGK3W8L._SX195_
Son immense culture littéraire et cinématographique rendait Dominique de plus en plus étranger à notre époque barbare. Il était sans doute un des derniers écrivains à envoyer de vraies lettres à ses amis et non des mails avec un like. Ses lettres avaient un parfum d’éternité. Pour donner une vague idée de ce qu’était la littérature au temps de Noguez, je livre ici la dernière lettre qu’il m’a envoyée à la suite de ma fiction sur Amiel.

Cher Roland,

Notre professeur de philosophie (celui qu’eut aussi le camarade Schiffter) nous faisait réserver les pages de gauche du cahier où nous prenions son cours à des citations qu’il nous dictait de temps en temps. La première fut :  » Ce qu’on dit de soi est toujours poésie » ( Amiel ).

Depuis, je n’ai guère progressé dans la connaissance de ce sage sans illusion. Sauf qu’après avoir lu ton beau livre prosélyte, j’inscris aussitôt Amiel dans la liste des œuvres immenses qu’il me reste à lire de toute urgence, en plus de celles du duc de Saint-Simon, d’Hermann Broch ou du bon vieux Tolstoï ( pourvu qu’on ne m’empêche pas de continuer à picorer chez les légers et les cinglants, chez Renard, Rigaut, Radiguet, Nimier, Cioran, Frédérique, Ylipe, etc. ).

Le fait de n’être pas encore familier d’Henri-Frédéric me donne un handicap et un plaisir. Handicap de ne pouvoir déterminer la justesse de ton raccourci ou l’importance de ta dette – bref, de ne pouvoir déterminer si ton Amiel est plus jaccardien que Jaccard n’est amiélien  ( ou l’inverse ). Et le plaisir, c’est de pouvoir supposer que ton court opus est aux dix-sept mille pages du journal d’Amiel ce qu’une fiole de grand armagnac est aux hectares de vigne gersoise ou landaise dont il est la subtile émanation.

Tel quel, en tout cas, cet hommage a l’élégance marmoréenne d’une stèle, mais l’on devine sur les joues de l’impassible sculpteur le rosissement et le frémissement d’un début d’émotion.

Amiéliennes pur sucre ou non, bien des formules de ce livre donnent à penser , depuis l’idéal de Marie prête à vivre  » pour celui qu’elle aime, même sans lui « , jusqu’à cette idée si séduisante d’  » un écrivain qui ne s’aime pas et qui répugne à prendre ses lecteurs dans les filets de son œuvre « .

Merci, merci, merci pour   » Les derniers jours d’Henri-Frédéric Amiel « .

Je t’embrasse,

Dominique.

P.-S. Autre beauté du livre  » …et le jour se retira de moi comme la lumière des vallées après le soleil couchant. « 

Ce post-scriptum m’a d’autant plus ému que je savais que Dominique perdait la vue. Et moi, aujourd’hui, un ami. Oui, avec cette perte et celle de Clément Rosset ( ils étaient ensemble à Normale Sup ) la joie se retire. Et un pan de la culture française, réduite à si peu de chose aujourd’hui ) disparaît, ce qui est beaucoup plus inquiétant que les changements climatiques, cet attrape-nigaud pour les bobos.  Je conclurai en disant que Dominique et moi partagions la même fascination pour le Japon et sa culture que nous placions au-dessus de tout. S’il me fallait lire un texte à son enterrement, il serait extrait des Cent vues du Mont Fuji d’Osamu Dazai. Sans doute est-ce là que nous nous retrouverons.

SUPPRIMER TOUS LES IMPÔTS…

Une solution révolutionnaire qui simplifierait bien des problèmes.

Comme je dînais l’autre soir chez Yushi, ma cantine japonaise, avec le directeur d’une grande banque suisse, il s’étonna de la grande confusion qui règne chez nos amis français concernant les impôts et la justice fiscale. Il me confia qu’ils avaient un train de retard et que plus personne ne comprend quoi que ce soit à la politique fiscale d’un gouvernement prétendument le plus brillant dans ce domaine complexe qui agite les passions sans pour autant proposer de solutions simples et en concordance avec l’esprit du temps qui exige de la transparence et une lutte sans pitié contre toutes formes de fraude.

Curieux et sceptique, je lui demandai quelle serait cette solution miracle.  » Miracle, je n’en jurerai pas  » me répondit-il en commandant un second flacon de saké.  » Mais ingénieuse !  » Et, en riant, il ajouta qu’il suffirait de supprimer tous les impôts ! J’ai cru un instant que le saké lui tournait la tête ou qu’il se payait la mienne. Face à ma perplexité, il se crut tenu de m’expliquer plus précisément comment l’État se trouverait alors en mesure de financer toutes ses dépenses. Je ne suis pas certain d’avoir tout compris, ni tout retenu – le saké n’est guère propice à cette haute voltige intellectuelle. Mais voici, pour les nuls, quelques points qui me sont apparus ingénieux.

Le premier consisterait à abolir la TVA dont nul n’ignore qu’elle défavorise les plus pauvres, ainsi que les impôts sur les revenus qui seraient remplacés par une taxation de tous les flux financiers. Cette micro-taxe, de l’ordre de 0,1 % ou 0,2%, s’appliquerait à toutes les tractations financières électroniques. Ce ne sont plus les entreprise ou les individus qui seraient taxés, mais les flux financiers. D’après les calculs de l’École Polytechnique de Zurich, ce système rapporterait plus que tous les impôts actuels et moderniserait le système fiscal actuel qui en a le plus grand besoin. D’autant qu’à l’heure de la numérisation, cela n’a plus grand sens de taxer le travail à ce point alors que de nombreux emplois disparaissent et que nous allons au-devant d’un chômage de masse.

L’autre avantage de cette microtaxe serait, toujours selon mon ami banquier, de financer la transition écologique et, surtout, un salaire minimum garanti pour tous. Cela me semblait presque trop beau pour être vrai. Et pourtant, je dus me rendre à l’évidence quand il m’apprit qu’une initiative populaire aurait bientôt lieu en Suisse, sans doute ce printemps, pour que le peuple puisse se prononcer sur cette révolution fiscale. En revanche, on peut douter qu’en France on demande jamais leur avis aux citoyens et que le bricolage du système fiscal actuel ne se prolonge jusqu’à son écroulement. Taxer les flux financiers – de votre café matinal à toutes les ventes d’actions ou d’obligations – me semble une idée lumineuse, facile à appliquer à l’heure du numérique et compréhensible par tous.

Mais l’abus de saké m’a sans doute tourné la tête. Ne m’en tenez pas rigueur !

impot

LES CONFESSIONS DE YU DAFOU

Je dois au réalisateur chinois Lou Yé d’intenses émotions cinématographiques et cela dès Souchou River, hommage vertigineux à Vertigo d’Alfred Hitchcock dont il s’inspire et qu’il cite abondamment dans ses audacieuses Nuits d’Ivresse Printanière.

C’est à Yu Dafou que les  Chinois doivent, eux, la traduction des Rêveries d’un promeneur solitaire de Jean-Jacques Rousseau. Dafou est sans doute le seul intellectuel à avoir dévoré dans sa jeunesse plus d’un millier de livres dans des langues aussi diverses que le français, l’anglais, l’allemand et le japonais. Incidemment, il fut aussi professeur à l’Université de Canton, journaliste et aventurier. On lui a reproché son impudeur. C’est elle qui lui vaut d’être considéré comme un des fondateurs de la littérature chinoise moderne dans ce qu’elle a de plus risqué : le culte et l’anéantissement du Moi. En lecteur avisé des Confessions de Rousseau, il écrira : « Pour me débarrasser de l’hypocrisie criminelle, il faut me mettre à nu. »

yudafu
Sa vie tumultueuse pourrait faire l’objet d’un film tant elle comporte d’éléments romanesques jusqu’à sa mort à Sumatra, en Indonésie. La légende veut qu’il ait été dénoncé comme espion par un Chinois et exécuté le 17 septembre 1945 par la police militaire japonaise un mois après la reddition du Japon. Son corps ne sera jamais retrouvé.

Dans sa jeunesse Dafou souscrivait au mot d’ordre des écrivains les plus révolutionnaires, Lu Xun notamment, qui proclamaient : « À bas la boutique Confucius ! »  Le vieux moralisme étriqué de la tradition chinoise était comme une camisole de flammes dont ils devaient se libérer pour ne pas mourir asphyxiés.

Dafou quitta la Chine pour le Japon où il traina ses guêtres pendant une dizaine d’années. Il en revint avec un récit en forme de manifeste, Naufrage qui lui vaudra une notoriété immédiate. Naufrage est avec Le journal d’un fou de Lu Xun une de ces œuvres qui marquera en profondeur l’inconscient chinois.

Ce naufrage est celui, prémonitoire, de la Chine face au Japon. Il est raconté par un jeune étudiant chinois frustré sexuellement, trahi par ses compatriotes comme le sera Dafou à la fin de sa vie, et humilié par une société débordante de modernité, alors que son pays est marqué au fer rouge de la honte et de la haine de soi. Cette haine, Dafou l’intériorise et la vomit dans Naufrage.

 

auteurs_de_a_z_yudafu_edition_des_oeuvres_en_12_volumes

Proche du parti communiste pendant une brève période, il s’en écarte par nihilisme : toute cause lui paraît vaine, toute communication vaine et inutile – quand ce n’est pas les deux à la fois. Voluptés masochistes qu’il transcrit littérairement comme Rousseau. Influencé par le christianisme des écoles missionnaires américaines autant que par le romantisme allemand, il ne trouve refuge que dans la seule patrie qui ait jamais compté pour lui : la littérature. La Deuxième Guerre Mondiale l’achèvera au propre comme au figuré : il n’est plus qu’un homme traqué fuyant la Chine pour Singapour, puis pour la Malaisie. Une jeune fille s’est éprise de lui : elle le suivra jusqu’en enfer. Les écrivains sont des damnés chanceux : il y a toujours une sylphide pour veiller sur eux.

 

 

Le Naufrage, Éd. de l’ Herne.

LA JEUNESSE EN FUITE D’ARNAUD LE GUERN…

J’ai emmené avec moi Une jeunesse en fuite de l’ami Arnaud Le Guern chez Toraya, le meilleur salon de thé japonais de Paris. Dans sa dédicace, Arnaud évoque de « jolies baigneuses » connaissant le goût que je leur porte. Elles ne manquent pas dans ce roman où les coquetteries ensablées s’enchaînent, cependant que le père d’Arnaud s’éloigne d’une vie pourrie par la guerre du Golfe où il était médecin-anesthésiste.
8d90160255b1b37736bc7418e1aee6f5
Dès les premières pages où il évoque Nastassja Kinski, j’ai su que j’allais aimer ces carnets intimes en forme de roman. Nastassja Kinski, c’est ma jeunesse en fuite à la piscine Deligny. Je l’avais évoquée dans L’âme est un vaste pays. Comment aurais-je pu oublier Nastassja Kinski ? La pureté de son visage. La perfection de son corps. Il y a des filles comme elle, dit Arnaud, qui incarnent la beauté d’une époque. J’ai beau cherché autour de moi, je n’en trouve pas. Il y a si longtemps que ma jeunesse est en fuite. Alors, tout en buvant un matcha, je prends le livre d’Arnaud. Quelques pages suffisent pour qu’il m’aide à retrouver ce que je croyais à jamais perdu : un monde où de jeunes beautés insouciantes nous tourneboulaient.  Arnaud a un cœur d’artichaut ( breton ). Moi aussi ( lausannois ). Mais quel style ! La littérature embellit le passé, certes. Mais elle le rend aussi plus douloureux : il a fui à jamais. Il nous reste les films de Pascal Thomas. Arnaud Le Guern les aime. Moi aussi. Et sans doute lui offrirai-je Tatort, le premier film de Nastassja Kinski en version allemande. Elle n’avait pas quinze ans. Arnaud sera sous le charme, comme je l’ai été avec Une jeunesse en fuite.
 Une Jeunesse en fuite, Arnaud Le Guern, Éditions du Rocher. 225 p

L’EUTHANASIE POUR TOUS

Le Grand Arnaqueur sévit encore…

Une fois de plus, le  » grand  » débat national escamotera une question qui aurait l’accord d’une majorité de citoyens : la légalisation de l’euthanasie telle qu’elle se pratique dans des pays civilisés. On ne parlera pas non plus de la possibilité pour chaque Français de consommer les drogues qui correspondent le mieux à sa constitution et à ses désirs. Le mariage homosexuel ne devrait pas être remis en question : tant mieux pour ceux qui en bénéficient, mais c’est une infime minorité. On se focalise sur des sujets à fort potentiel symbolique, telle la peine de mort ou l’ISF – intouchables, bien sûr -mais ce qui concerne la vie quotidienne, la vie de chacun,  n’est pas vraiment pris en compte, l’immigration par exemple ou la déculturation d’un pays qui fut grand quand il était à l’avant-garde dans la création et qui devient soit un dépotoir, soit pour les touristes les plus riches une vitrine d’un luxe qui frise le mauvais goût, sacs Vuitton et foulards Chanel par exemple. Laissons cela aux rombières chinoises !

Oui, pourquoi empêcher  les Français de s’exprimer sur la peine de mort, le mariage pour tous, l’immigration, la libre consommation des drogues et la limitation de la vitesse, sans oublier quelques réformes institutionnelles telles l’instauration de la proportionnelle lors des élections ou  le référendum d’initiative populaire ? Les Français seraient-il tellement abrutis qu’il faut limiter le nombre de sujets sur lesquels ils peuvent se prononcer avec le vague espoir que leur opinion sera prise en considération ? D’ailleurs à quoi bon les consulter si ce n’est pas pour mettre en œuvre les grandes lignes qui se dégageront de ce débat : c’est ce qu’on appelle la démocratie. Dans le cas contraire, une fois de plus, on les aura roulés dans la farine. Il est vraisemblable qu’alors nous assistions à ce qui se passe actuellement en Italie, voire en Autriche ou en Hongrie. Ce n’est pas ce que ceux qui se présentent comme nos élites désirent, mais ce qui mécaniquement se produira si ce débat national n’est qu’un défouloir. Ou une manière de gagner du temps jusqu’aux élections européennes. Il serait d’ailleurs passionnant de savoir qui veut encore de l’Union Européenne telle qu’elle pourrit nos vies actuellement ?

fe3c5097c7203330ab43117fbc833a76

La force de Trump a été de jouer à la fois sur la finance et les classes populaires. Celle de Poutine d’avoir réconcilié la vieille Russie orthodoxe et la révolution communiste. Emmanuel Macron porté par un narcissisme sans limite et le soutien de l’Union Européenne a cru incarner un monde nouveau, alors que ce n’étaient que les débris du monde d’hier. Il lui faudra en rabattre : le Frexit n’est peut-être pas si loin que cela. Et l’ère des technocrates imbus d’un savoir contestable, tout au moins sur le plan politique, révolue. Si le débat national, ainsi que le mouvement des gilets jaunes, a au moins un mérite c’est celui de nous rappeler que le peuple a toujours le dernier mot. Faute de quoi…